Vampires, Monstres et Cie... circulez !

S’appuyant sur de nombreuses plaintes de téléspectateurs, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel vient d’intervenir auprès des chaînes de télévision, de l’annonceur et de l’ARPP, à propos de la récente campagne publicitaire pour ORANGE TV destinée à promouvoir les services de vidéo à la demande et les chaînes cinéma du groupe.

Déclinée en deux versions intitulées « Vampires » et « Monstres versus cochon », préalablement validées par l’ARPP, cette campagne mettait en scène des personnages extraits de films d’épouvante.

Sa diffusion en journée et en première partie de soirée a provoqué de vives réactions de téléspectateurs et, en particulier, de parents de très jeunes enfants contestant les horaires de diffusion inappropriés de cette campagne. Ces parents avaient, en effet, constaté l’impact négatif de ces images sur leurs enfants (cauchemars, peurs, pleurs…).

Lors de son assemblée plénière du 21 avril dernier, le CSA a estimé que l’aspect réaliste des images de monstres pouvait effrayer, en effet, les enfants et a décidé, en vertu du principe de protection de l’enfance, de recommander aux chaînes de ne diffuser ces messages qu’après 20h30.

En outre, le CSA a demandé à l’ARPP de veiller à l’avenir à prendre en compte, dans le cadre des recommandations horaires qui peuvent accompagner ses avis, le caractère potentiellement effrayant d’un message publicitaire pour les jeunes enfants.

De son côté, le Jury de Déontologie Publicitaire, également saisi de plaintes de particuliers, a considéré celles-ci comme infondées au motif, notamment, que la mise en scène utilisée et l’humour très fortement présent dans ces films contribuait à dédramatiser la présence des personnages, et que cette campagne télévisée restait ainsi dans le domaine de ce qui est acceptable pour la majeure partie du public.



Publié le : 29 juin 2009.

-
Institutionnel

-
CSA : une définition de la publicité générique

-
CSA : recommandation en vue des élections

-
Régionales 2010 : vigilance publicitaire

-
Réglementation : un été prolixe sur le front publicitaire

-
Publicité-Economie-Société : lancement d’un club parlementaire

-
Grenelle 1 : la loi de programmation pose le principe de la régulation professionnelle participative

-
Grenelle 2 : projet de loi examiné en septembre

-
Elections européennes : rappel

-
Diversité : projet de création d’une commission pour la promotion de la diversité dans les médias

-
Soldes : ce que la LME a changé