Round up : condamnation confirmée en appel

Monsanto, condamné en janvier 2007 pour une publicité de Round Up diffusée en 2000 par voie de presse, a vu cette décision confirmée en appel au mois d’octobre.

La publicité en question présentait l’herbicide vedette comme « biodégradable » et « laissant le sol propre ». Or, une analyse de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a établi que la vitesse de décomposition dans la nature du glyphosate, principe actif du Round Up, n’en faisait pas un produit biodégradable au sens légal du terme.

Rappelons que les règles de déontologie publicitaire proscrivent formellement toute présentation excessive de l’innocuité des produits. Ainsi la Recommandation Arguments écologiques dispose que « la publicité ne doit pas donner ou paraître donner une garantie totale ou complète d’innocuité dans le domaine de l’environnement ».


En savoir plus :

Publié le : 2 décembre 2008.

-
Institutionnel

-
CSA : une définition de la publicité générique

-
CSA : recommandation en vue des élections

-
Régionales 2010 : vigilance publicitaire

-
Réglementation : un été prolixe sur le front publicitaire

-
Publicité-Economie-Société : lancement d’un club parlementaire

-
Grenelle 1 : la loi de programmation pose le principe de la régulation professionnelle participative

-
Grenelle 2 : projet de loi examiné en septembre

-
Vampires, Monstres et Cie... circulez !

-
Elections européennes : rappel

-
Diversité : projet de création d’une commission pour la promotion de la diversité dans les médias