Poweo : attention, les enfants regardent

Devant les nombreuses plaintes sont parvenues au BVP au sujet du dernier spot publicitaire de Poweo. Ce dernier représentait Sébastien Chabal mettant ses doigts dans une prise électrique pour obtenir de l’énergie. Les critiques portaient sur le caractère dangereux, car susceptible d’inspirer des enfants, de cette scène.

Le BVP a diffusé un communiqué pour dissiper tout malentendu, faisant savoir que le spot POWEO avec Sébastien Chabal – diffusé dans le cadre d’une campagne de promotion presse et d’un buzz marketing - n’avait jamais été soumis à l’avis du BVP exigé pour toute campagne télévisée. Il n’a donc jamais été diffusé en télévision.

La version qui circulait sur le Net n’aurait eu, d’ailleurs, aucune chance de recevoir un avis positif du BVP puisque contrevenant au Décret de mars 1992 et à la Recommandation Enfants du BVP.

Cette diffusion sur le seul média Internet (mais pas sur un espace vendu pour y accueillir de la pub) montre bien, a contrario, l’approche responsable des chaînes de télévision (et des annonceurs et agences adhérents du BVP) et la nécessité de faire évoluer le système d’autorégulation (c’est un chantier qui a été lancé par l’interprofession depuis quelques mois et qui devrait se concrétiser assez rapidement) pour que le consommateur soit protégé, sur tous les médias, de représentations publicitaires ne respectant pas les règles déontologiques des professionnels.

Les remous importants suscités par ce message alors qu’il n’était diffusé que sur Internet apportent la preuve, s’il en était encore besoin, que les supports numériques exposent les annonceurs aux mêmes risques d’image que les autres supports. Et qu’il importe donc d’y observer les mêmes précautions déontologiques que sur les autres supports.

Le BVP est intervenu auprès de l’annonceur mais aussi auprès des diffuseurs pour leur demander de faire cesser la campagne. Poweo a immédiatement renoncé à diffuser cette publicité. L’affaire a été réglée en moins de 3 jours, illustrant, une fois de plus, l’efficacité de l’autodiscipline des professions publicitaires. L’annonceur et son agence (Hémisphère) ont ensuite soumis un nouveau projet de message au BVP, témoignant ainsi à nouveau de leur sens de l’autodiscipline.



Publié le : 6 novembre 2007.

-
Dérapage

-
Surcouf : les féministes à l’abordage

-
Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !

-
Image du corps : visuel maladroit

-
Ryanair : retour sur le droit à l’image

-
Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

-
Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

-
Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

-
Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

-
Cristaline : la pub et l’eau du bain

-
Diesel : réchauffement climatique et provocation