POLITIQUE ET INTERNET : DE L’UTILISATION DEONTOLOGIQUE DES LIENS SPONSORISES

-
 Décidément très en pointe sur l’utilisation d’Internet et des nouvelles technologies de communication, l’UMP vient à nouveau de se faire remarquer pour son recours aux liens sponsorisés, sur Google.

Les noms des présidentiables, y compris ceux de l’opposition, ont visiblement été acquis , à titre de « mots clef ». Ainsi, l’internaute tapant « Ségolène » se voit proposer un lien sponsorisé menant au site de débat de l’UMP.

Cette pratique est en contradiction avec les engagements déontologiques pris par les professionnels (Recommandation BVP Internet Support Publicitaire, avril 2005) en faveur de la concurrence loyale dans l’utilisation des liens sponsorisés. Engagements en vertu desquels Renault, par exemple, s’interdirait d’acheter le mot Peugeot et Google ou Overture s’interdisent de le lui vendre.

Ces dispositions engagent tous les professionnels, annonceurs, agences ou supports. Certes, elles ont été conçues pour des communications d’entreprise, mais leur objet est de protéger l’image de la publicité dans son ensemble, quelle qu’en soit la finalité. La publicité sur Internet, plus encore que d’autres compte tenu de dérives ayant contribué à exaspérer les internautes, a besoin de préserver son image et la confiance du public. C’est tout le sens de cette Recommandation adoptée en 2005.

Le BVP a contacté l’agence en charge de cette opération pour lui rappeler ces règles de bonne conduite.

Publié le : 30 mars 2006.

-
Dérapage

-
Surcouf : les féministes à l’abordage

-
Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !

-
Image du corps : visuel maladroit

-
Ryanair : retour sur le droit à l’image

-
Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

-
Poweo : attention, les enfants regardent

-
Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

-
Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

-
Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

-
Cristaline : la pub et l’eau du bain