Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

Dans le courant du mois d’août, le BVP s’est vu consulter sur un projet de campagne pour la marque de vêtements Nolita représentant une jeune femme anorexique intégralement nue, accompagnée simplement du nom de la marque. Cette publicité était destinée à une diffusion par voie d’affichage.

Notre position, immédiatement communiquée à l’ensemble des réseaux d’affichage, a été fermement négative et ce pour plusieurs raisons : Tout d’abord, ce visuel de gros plan sur le corps totalement décharné de la jeune malade (esquarres y compris) était de nature à choquer le public auquel il se serait imposé. Par ailleurs, l’annonceur prétendait vouloir lutter contre l’anorexie mais, s’agissant d’une marque de vêtements et d’un visuel ne portant aucun commentaire d’éducation sanitaire spécifique, l’hypothèse d’un « coup de pub » sur le dos de l’anorexie n’était pas à exclure. Enfin, et plus grave, compte tenu des ressorts spécifiques de la maladie en question, ce visuel était de nature à susciter ou aggraver des « vocations » anorexiques chez des personnes déjà atteintes ou sur le point de sombrer.

L’ensemble des afficheurs ont suivi le conseil du BVP. Ce qui a permis d’éviter les désordres constatés, par exemple, en Italie, où le maire de Milan a dû monter au créneau pour faire retirer l’affiche des murs de sa ville.



Publié le : 6 novembre 2007.

-
Dérapage

-
Surcouf : les féministes à l’abordage

-
Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !

-
Image du corps : visuel maladroit

-
Ryanair : retour sur le droit à l’image

-
Poweo : attention, les enfants regardent

-
Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

-
Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

-
Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

-
Cristaline : la pub et l’eau du bain

-
Diesel : réchauffement climatique et provocation