Le BVP nouveau : contours d’une refondation

La réforme du BVP a été approuvée par son Conseil d’administration qui a réuni, lundi 3 décembre, toute l’interprofession publicitaire (annonceurs, agences et médias).

Comme l’explique Jean-Pierre Teyssier, président du BVP : "Cette réforme est l’aboutissement d’une démarche volontaire engagée, depuis mai 2006, par l’interprofession pour une publicité toujours plus responsable et qui réponde encore mieux aux attentes du public en matière de transparence, d’implication des parties prenantes et d’efficacité, au service d’une éthique professionnelle exigeante".

Cette refondation du BVP s’inscrit dans la logique des travaux du Grenelle de l’environnement mais répond aussi, à partir d’une réflexion antérieure, à l’ensemble des problématiques d’éthique publicitaire. Les dix huit mois de réflexion, de maturation et de débat n’ont pas été de trop quand il s’est agi de prendre les décisions importantes et impliquantes arrêtées le 3 décembre.

Ses administrateurs ont demandé au BVP de prendre les mesures suivantes :

1. S’ouvrir aux parties prenantes, avec la création d’un Conseil Paritaire de la Publicité1 (CPP), composé des parties prenantes (associations environnementales, de consommateurs et sociétales) et des professionnels de la communication. Ce Conseil, organe de dialogue et de concertation, sera présidé par un de ses membres issu des parties prenantes et aura une triple mission :

* participation à l’élaboration des règles déontologiques, via des avis préalables qui seront publiés,

* alerte du BVP sur tout sujet ou campagne pouvant poser problème,

* évaluation annuelle de l’application des règles.

Sa composition doit être déterminée avec les associations concernées. Grâce à cette ouverture, il sera possible d’améliorer la lisibilité, la pertinence et le respect des règles déontologiques. Le CPP pourra suggérer la création de nouvelles règles professionnelles, proposer des modifications des règles actuelles, participer à la définition de règles simplifiées et facilement applicables permettant une mise en œuvre plus aisée par les professionnels et un plus grand contrôle par les parties prenantes. Par ailleurs, le suivi de la bonne application de ces règles se verra renforcé grâce à la vigilance des parties prenantes sur la publicité diffusée.

2. Améliorer l’efficacité du système et accentuer le contrôle des publicités diffusées avec la création d’un Jury de l’Ethique Publicitaire2 (JEP) chargé de traiter les plaintes concernant des campagnes publicitaires susceptibles de contrevenir aux règles déontologiques. Ce Jury, indépendant, sera composé de membres experts impartiaux proposés :

· pour un tiers, par le Président du Conseil Paritaire de la Publicité,

· pour un autre tiers, par le Président du Conseil de l’Ethique Publicitaire

· pour un dernier tiers, par le Président du Conseil d’administration du BVP.

Les décisions du JEP feront l’objet d’une publication et pourront donner lieu, pour les campagnes constituant des manquements aux règles professionnelles, à des demandes de cessation de diffusion.

En outre, pour répondre aux attentes spécifiques du Grenelle de l’environnement, il a été décidé de :

1. Actualiser, préciser et renforcer la Recommandation Développement durable qui encadre actuellement le contenu des messages publicitaires ; 2. Renforcer l’efficacité de l’autodiscipline grâce à l’engagement des professionnels à systématiquement consulter le BVP avant toute diffusion d’une campagne nationale incluant des arguments écologiques ; 3. S’engager vis-à-vis des pouvoirs publics, par la signature avec le MEDAD, d’une charte d’objectifs et d’engagements donnant lieu, chaque année, à un bilan public établi à partir d’une étude annuelle sur le comportement de la production publicitaire.

L’ensemble de ces mesures devra être opérationnel dans le courant de l’année 2008, après concertation approfondie avec le secteur associatif (Conseil National de la Consommation, ONG environnementales, Associations travaillant sur des questions sociétales comme l’image de la femme ou la protection des enfants) et les pouvoirs publics. Il reste en effet bien des précisions opérationnelles quant aux modalités de travail avec les parties prenantes, sur lesquelles la profession est en attente de propositions de la part de ces dernières.

Ces novations permettront de renforcer l’autorégulation publicitaire non seulement en amont de la diffusion des publicités, mais également après leur diffusion. Ainsi refondé, le BVP pourra mettre en œuvre une autorégulation des professions publicitaires plus ouverte, plus efficace et plus transparente.

"Ces décisions et ces engagements marquent un tournant vers la création d’une autorégulation concertée de la publicité, qui doit se traduire par une coopération accrue avec les parties prenantes et les pouvoirs publics", résume Jean-Pierre Teyssier, Président du BVP.

[1]Nom susceptible d’évoluer.

[2]Nom susceptible d’évoluer.



Publié le : 18 décembre 2007.

-
Régulation professionnelle

-
Statistiques 2009 : malgré la crise, les professionnels maintiennent leur effort d’autodiscipline

-
Blogs sponsorisés : L’AACC recommande l’identification

-
Nouveau Code Comportements alimentaires : une alimentation équilibrée pour tous

-
Nouvelle Recommandation Produits cosmétiques

-
Publicité et langue française : publication du bilan de l’ARPP

-
Spots tv : du changement en 2010

-
Jeux d’argent : une nouvelle Recommandation pour accompagner l’ouverture du marché des jeux en ligne

-
Charte pour une publicité éco-responsable : premier bilan

-
Attention : la règle change pour le Développement Durable

-
Communication éco-responsable : publication du Bilan 2009 Publicité et environnement