Grande Bretagne : 50 Cent dans le collimateur

L’ASA (Advertising Standards Authority) - équivalent britannique du BVP - a demandé à Universal Music le retrait de l’affiche du dernier album du rappeur 50 Cent, "Get Rich or Die Tryin’ ", bande annonce de son prochain film portant le même titre.

Cette affiche, qui représentait le chanteur de dos, torse nu, un revolver glissé dans la ceinture et un bébé endormi sur son épaule, avait en effet provoqué plusieurs plaintes de particuliers choqués par ce qu’ils considéraient être une apologie de la violence.

Pour sa défense, l’annonceur a expliqué que, bien au contraire, ce visuel visait à évoquer la lutte du chanteur pour échapper au ghetto de son enfance, symbolisée par la tension entre d’un côté l’arme (violence) et de l’autre côté l’enfant (innocence). Cette évocation reprenait la trame narrative du film "Get Rich or Die Tryin’ ".

L’ASA a néanmoins considéré que l’aura de 50 Cent est telle parmi les jeunes que ce visuel et cette accroche pouvaient être interprétés comme une valorisation de la possession d’armes à feu. Par ailleurs, il a estimé que la combinaison du titre et du visuel risquait d’accréditer l’idée selon laquelle la violence est un moyen légitime pour s’en sortir et devenir riche.

Ce n’est pas la première fois que l’ASA intervient sur une publicité de ou avec 50 Cent : en juin 2005, un spot de Reebok centré sur le chanteur avait ainsi été interdit. Ces prises de position illustrent une des difficultés inhérentes aux publicités rattachées à l’univers du rap : il n’est pas rare d’y trouver une mise en scène de la culture des gangs, des suggestions de comportements violents … sans parler de l’image de la femme ou des minorités que cela peut véhiculer …

C’est une difficulté à laquelle nous sommes également confrontés en France. Nous nous efforçons, au BVP, de faire la part des choses, considérant qu’il ne nous appartient pas de nous positionner par rapport l’univers culturel du rap et l’iconographie qui va avec, forcément transgressifs. Nous ne demandons de modification que dans les cas où la représentation de la violence - ou du sexisme, ou de tout autre dérapage déontologique - devient explicite et/ou complaisante.

Mise en ligne en Février 2006.

Publié le : 20 février 2006.

-
Europe

-
UK : le Jury anglais condamne une publicité de Betfair

-
Développement durable : mise en place d’un groupe de travail européen

-
Espagne : nouveau code sur la publicité et l’environnement

-
EASA : élection d’un nouveau Président

-
Allemagne : innovations au sein de la Deutscher Werberat

-
Environnement : groupe de travail au niveau européen

-
UK : haro sur les allégations quantitatives trompeuses

-
Nouveaux médias électroniques : vers une régulation professionnelle renforcée

-
Nouveau site Internet pour l’EASA

-
Développement durable : Shell épinglé par le Jury britannique