Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !


Les troncs des arbres ont, de tout temps, inspiré les amoureux en mal d’expression : ancêtres de nos tags urbains, des coeurs, flèches et initiales entrelacés sont gravés à même l’écorce pour témoigner d’amours passionnées.

Il arrive que la publicité, grande consommatrice de symboles consensuels, reprenne ce type de représentation. Ainsi, cet été, une publicité pour le Jardin d’Acclimatation, diffusée par voie d’affichage, représentait un gros plan sur un tronc d’arbre gravé d’un cœur et de l’inscription « amoureux du bonheur depuis 1860 ».


Or, ce type de représentation est à proscrire car elle contrevient à la Recommandation Développement durable de l’ARPP, qui dispose, dans le premier alinéa de son volet B, que « La publicité doit bannir toute évocation ou représentation de comportement contraire à la protection de l’environnement et à la préservation des ressources naturelles...  ». En effet, nul besoin d’être grand jardinier pour savoir qu’un arbre, dont l’écorce se trouve ainsi endommagée, se trouve vulnérabilisé.

A l’inverse, on notera une utilisation positive de ce type de représentations : ainsi, récemment Peugeot, dans un spot TV pour la 407, fait apparaître un tronc gravé pour ensuite l’effacer, comme signe du souci de perfection du constructeur...



-
 Pour en savoir plus :

Publié le : 18 octobre 2008.

-
Dérapage

-
Surcouf : les féministes à l’abordage

-
Image du corps : visuel maladroit

-
Ryanair : retour sur le droit à l’image

-
Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

-
Poweo : attention, les enfants regardent

-
Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

-
Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

-
Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

-
Cristaline : la pub et l’eau du bain

-
Diesel : réchauffement climatique et provocation