Distribution, alimentation : bilan des premiers mois d’application

L’activité du BVP pour ce début d’année 2007 a été fortement impactée par l’entrée en vigueur, quasi-simultanée, de deux novations légales : la nouvelle étape d’ouverture de la publicité TV au secteur de la distribution d’une part, et les nouvelles mentions sanitaires apposées sur les publicités alimentaires d’autre part.

Très largement préparées en amont, par les professionnels et le BVP, au moyen de multiples réunions de travail, ces deux novations ont certes occasionné un surcroît significatif d’activité au BVP mais ont été globalement très bien intégrées dans la publicité diffusée depuis le début d’année ;

Le dossier distribution. Depuis le début de l’année 2007, quelque 350 dossiers « publicité TV distribution » ont été traités au BVP, ce qui représente environ 3% de l’activité globale. Nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières à faire appliquer les règles adoptées par les professionnels comme base d’interprétation partagée des nouvelles dispositions légales (cf. grille de lecture). Il est à noter que la plupart des campagnes sont examinées très en amont au stade du conseil préalable. Par ailleurs, les annonceurs du secteur ont dans l’ensemble adhéré au BVP et travaillent en étroite collaboration avec ses services, ce qui facilite grandement les échanges concernant les offres mises en place. En revanche, certaines problématiques nouvelles sont apparues ces derniers mois telles que, par exemple, la présentation des cartes de fidélité des annonceurs. Le groupe de travail dédié, réunissant des représentants des agences, des annonceurs et de tous les supports concernés, poursuit ses échanges pour trouver des solutions préservant au mieux les intérêts de chacun.

Le dossier publicité alimentaire. Depuis le 1er mars 2007, un peu plus de 2900 spots de publicité alimentaire concernés par les nouvelles mentions ont été examinés par le BVP au stade de l’avis définitif, ce qui représente 40 % environ de notre activité « avis ». Près de 9% de ces publicités ont fait l’objet d’une demande de modification, pour des motifs souvent récurrents (taille du bandeau <7%, taille de caractères trop petite, message sanitaire non présent pendant tout le film, non respect du caractère distinguable de l’information sanitaire, formulation impropre du message sanitaire, absence du site www.mangerbouger.fr ). Il est à noter que moins de 3% des spots concernés par ces mentions en étaient exempts Les annonceurs et les agences ont donc très majoritairement fait le choix de l’indication du message sanitaire. Pour les projets examinés au stade du conseil préalable, l’application des mentions sanitaires devient le premier motif d’intervention (460 interventions sur un total de 2946 conseils TV (soit + 16%). Un article dans les Cahiers de l’Autodiscipline Publicitaire n°10 (mars 2007) récapitule les différents points d’application du droit à destination des professionnels adhérents du BVP.



Publié le : 3 juillet 2007.

-
Régulation professionnelle

-
Statistiques 2009 : malgré la crise, les professionnels maintiennent leur effort d’autodiscipline

-
Blogs sponsorisés : L’AACC recommande l’identification

-
Nouveau Code Comportements alimentaires : une alimentation équilibrée pour tous

-
Nouvelle Recommandation Produits cosmétiques

-
Publicité et langue française : publication du bilan de l’ARPP

-
Spots tv : du changement en 2010

-
Jeux d’argent : une nouvelle Recommandation pour accompagner l’ouverture du marché des jeux en ligne

-
Charte pour une publicité éco-responsable : premier bilan

-
Attention : la règle change pour le Développement Durable

-
Communication éco-responsable : publication du Bilan 2009 Publicité et environnement