Diesel : réchauffement climatique et provocation

Notre attention a été attirée par la nouvelle campagne de la marque Diesel sur le thème du réchauffement climatique.

Coutumière de la provocation publicitaire, la marque italienne a manifestement choisi de délaisser, pour cette campagne du moins, le porno-chic pour puiser dans un sujet à forte résonance médiatique.

Plusieurs visuels déclinent la même idée : ils représentent des personnages bronzés et souriants, vêtus légèrement dans des paysages urbains complètement transformés par le réchauffement de la planète (La Tour Eiffel entourée d’un jardin tropical, Manhattan sous les eaux, etc.), le tout accompagné de la signature « Global Warming Ready ».

Le tout suggère tout à la fois que le réchauffement n’est pas si désagréable que cela et qu’il suffirait d’habits légers pour y faire face.

Cette campagne banalise, voire relativise, le thème du changement climatique. Ce faisant, elle va à l’encontre des nombreux efforts de mobilisation citoyenne engagés par les pouvoirs publics. Elle est donc particulièrement inopportune.

Le BVP, dans le cadre d’une procédure d’auto-saisine, a adressé un courrier à l’annonceur lui demandant de renoncer à cette campagne.

Publié le : 30 janvier 2007.

-
Dérapage

-
Surcouf : les féministes à l’abordage

-
Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !

-
Image du corps : visuel maladroit

-
Ryanair : retour sur le droit à l’image

-
Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

-
Poweo : attention, les enfants regardent

-
Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

-
Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

-
Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

-
Cristaline : la pub et l’eau du bain