CLUB INTERNET : QUAND LA NON-DISCRIMINATION EST QUESTIONNEE

Une publicité récente de Club Internet décline avec plusieurs personnages sanglotant de façon outrée, donc ridicules, l’idée de l’insoutenable lourdeur de la facture téléphonique.

L’un de ses personnages est noir et, à l’instar des autres, il est assez peu à son avantage.

Un journal de la presse professionnelle - Stratégies - s’est récemment ému de cette campagne – juste après s’être réjoui de la disparition du slogan « y’a bon Banania » - s’étonnant du choix d’un visuel aussi « caricatural » de « bon gros noir pleurnichant ».

Dans la perspective du prochain Forum Pub et Cité sur la représentation des minorités visibles dans la publicité (8 juin 2006), cette réaction nous intéresse en ce qu’elle souligne les difficultés de l’exercice de non discrimination en publicité.

En effet, il n’est pas rare de voir la publicité tourner des personnages en ridicule ou bien les représenter de façon caricaturale : ce que l’on accepte pour des personnages de type européen – pour autant que l’image ne soit pas dégradante – la non-discrimination suppose qu’on l’accepte pour des minorités visibles… et donc, que l’on ne voie pas du racisme ou du dénigrement dans des images où, par exemple, un personnage noir se trouverait ridiculisé ou moqué par ses petits camarades.

Pas simple. Le politiquement correct va y perdre quelques plumes. Quand certains nous écrivent déjà pour se plaindre de publicités qui vantent « l’origine du beurre » - y voyant une allusion raciste aux beurs … – on anticipe quelques quarts d’heures difficiles.

Mise en ligne en Mars 2006.

Publié le : 30 mars 2006.

-
Débat

-
Communication d’organismes publics : le BVP a-t-il son mot à dire ?

-
Homosexualité en publicité : le dilemme et les bornes

-
Tauromachie et publicité : le BVP dans l’arène

-
Mac Donald’s : la clim’ en question

-
Mitsubishi : comment ne pas aller trop loin

-
Publicité et développement durable : débat en vue

-
Dessous et politique : fallait - il s’abstenir ?

-
Tendance : la " Trash attitude" séduit la publicité ?

-
Récupération du politique en publicité : toujours plus

-
Marithé et François Girbaud : guerre et pub