Partager

18 mois de présidence

Légitimité, productivité, liberté, responsabilité sont, en 18 mois de présidence, ce dont je peux attester de l’ARPP dans le paysage publicitaire français et européen.

Les différentes rencontres et auditions avec les autorités publiques, pour mieux faire connaître les bonnes pratiques, m’ont prouvé la légitimité de ce système souple et réactif. Il permet, à la fois, de démontrer l’effectivité des règles déontologiques professionnelles exigeantes et librement consenties, et de préserver l’image de la publicité auprès des consommateurs. L’ARPP règle ainsi de nombreuses questions sans forcément faire beaucoup de bruit. Ce pragmatisme est un peu sa marque de fabrique.

18 mois, c’est aussi largement suffisant pour prendre la mesure du professionnalisme et de l’engagement des équipes, qui font de l’ARPP une institution forte et dynamique. Spécialistes en communication et consommation, les juristes-conseil savent traiter une grande masse de dossiers tout en motivant leurs réponses pour guider au plus près les praticiens. Au travers des avis et conseils, et des études bilans, l’application des Recommandations de l’ARPP sur l’image de la personne humaine, le développement durable, les questions de santé, les jeux d’argent, la publicité de prix ou la communication digitale… construit l’image d’une publicité loyale et responsable auprès des consommateurs et des Pouvoirs publics.

Présidant le Conseil d’Administration de l’ARPP et son Comité exécutif, participant au Conseil de l’Éthique Publicitaire (CEP), je peux témoigner de l’engagement de leurs membres, et combien il est intellectuellement passionnant de confronter nos idées avec une totale liberté. Car nos interrogations et débats se situent au croisement de questions de société parfois très sensibles.

Je suis conscient que la filière attend beaucoup de nous. La publicité est déjà plus fortement réglementée en France que partout en Europe. Nous avons, de ce fait, une responsabilité particulière vis-à-vis de nos adhérents et du monde publicitaire : ne pas alourdir le cadre existant et rendre les règles professionnelles et leur application les plus simples et compréhensibles possible par tous.

Dans la période actuelle, il me semble important de rappeler que la publicité est un vecteur essentiel de l’économie. Elle est indispensable, tout comme la recherche et développement, pour l’avenir des entreprises, des marques, des métiers. Toute initiative contracyclique à la crise doit être courageusement encouragée et soutenue ; c’est aussi de notre responsabilité collective.


François d’AUBERT
Président de l’ARPP

-
Point de vue

-
Un enjeu majeur : l’adaptation du monde digital à l’autorégulation

-
L’accent sur la publicité digitale

-
Faire rimer créativité, liberté, et responsabilité

-
Une démarche responsable, attendue par les consommateurs comme les Pouvoirs publics

-
Soyez fiers de la publicité !

-
Respect pour une régulation professionnelle responsable, équilibrée et efficace

-
Portons haut les couleurs de l’autodiscipline publicitaire !

-
M. François d’Aubert, désigné Président de l’ARPP

-
Dominique Baudis, nommé Défenseur des droits, remet son mandat de Président de l’ARPP

-
Rapport annuel 2010 du Président à l’Assemblée Générale de l’ARPP