Partager

Dérapage

Page : Pages 1 | 2

Surcouf : les féministes à l’abordage

Une publicité de Surcouf, diffusée en octobre 2008 par voie d’affichage, a bien failli déclencher une manifestation de rue des féministes des associations la Meute et les Chiennes de garde. Le visuel en question représentait un jeune adulte de type « geek », entouré de deux femmes blondes uniquement revêtues de dessous noirs affriolants, dans des postures aguicheuses. Le tout signé d’un « (...)

Ecorce des arbres : graveurs s’abstenir !

Les troncs des arbres ont, de tout temps, inspiré les amoureux en mal d’expression : ancêtres de nos tags urbains, des coeurs, flèches et initiales entrelacés sont gravés à même l’écorce pour témoigner d’amours passionnées. Il arrive que la publicité, grande consommatrice de symboles consensuels, reprenne ce type de représentation. Ainsi, cet été, une publicité pour le Jardin d’Acclimatation, diffusée (...)

Image du corps : visuel maladroit

Notre attention a été attirée sur une publicité de la Lyonnaise de Garantie, diffusée en septembre par voie de presse. Celle-ci représente une jeune femme en net surpoids, en petite tenue peu seyante, qui, se regardant dans la glace de dos, s’imagine dotée d’un corps aminci et sexy (dont le miroir lui renvoie un reflet illusoire). Ceci pour illustrer un slogan « pour voir la vie autrement » en (...)

Ryanair : retour sur le droit à l’image

La dernière publicité française de la compagnie aérienne Ryanair utilisant une photo publique du couple présidentiel a beaucoup fait parler d’elle – ce qui était le but recherché – pour finir enfin condamnée devant les tribunaux. Sur le sujet du « recyclage » publicitaire d’images de personnalités politiques, nous nous sommes maintes fois exprimés ; Ce phénomène est classique, généralement plus marqué à (...)

Nolita : non à l’instrumentalisation de l’anorexie

Dans le courant du mois d’août, le BVP s’est vu consulter sur un projet de campagne pour la marque de vêtements Nolita représentant une jeune femme anorexique intégralement nue, accompagnée simplement du nom de la marque. Cette publicité était destinée à une diffusion par voie d’affichage. Notre position, immédiatement communiquée à l’ensemble des réseaux d’affichage, a été fermement négative et ce pour (...)

Poweo : attention, les enfants regardent

Devant les nombreuses plaintes sont parvenues au BVP au sujet du dernier spot publicitaire de Poweo. Ce dernier représentait Sébastien Chabal mettant ses doigts dans une prise électrique pour obtenir de l’énergie. Les critiques portaient sur le caractère dangereux, car susceptible d’inspirer des enfants, de cette scène. Le BVP a diffusé un communiqué pour dissiper tout malentendu, faisant savoir que (...)

Bébés : à coucher sur le dos, même en publicité

Le BVP a reçu au mois de juillet une plainte concernant une publicité représentant un bébé endormi. Le visuel concerné, diffusé par voie d’affichage, émanait d’une enseigne de distribution spécialisée dans la vente de matériel de puériculture (« Autour de bébé »). Le bébé, en gros plan, était endormi sur le ventre, ce qui est contraire aux consignes de sécurité désormais en vigueur. La Direction Générale de la (...)

Dolce Gabbana : derniers adeptes du porno-chic ?

Alors que nos études montrent que la tendance dite du porno-chic – florissante au début des années 2000 – est maintenant délaissée en publicité, certaines marques, néanmoins, persistent dans cette veine. C’est le cas de Dolce & Gabbana, dont les communications nous valent régulièrement des plaintes du public français. Cet été encore, la dernière campagne, diffusée en presse, a déclenché des remous. (...)

Vrais démarchages, faux supports, faux BVP… vraies factures

Attention : cet été encore il nous est signalé une recrudescence de démarchages pour la vente d’espaces publicitaires dans des imprimés bidons aux titres ronflants. Nous renouvelons nos mises en garde à tous (notamment PME , PMI, mais certaines grandes entreprises au moment des congés d’été et de remplacements par des stagiaires peuvent aussi être surprises) : il peut être présenté de faux BAT , de (...)

Cristaline : la pub et l’eau du bain

Les remous provoqués tout récemment par la publicité de l’eau Cristaline témoignent une fois de plus, s’il en était besoin, de la pertinence des règles déontologiques de base de la profession publicitaire. Cette campagne, diffusée par voie d’affichage, se décline en trois visuels : le premier énonce « qui prétend que l’eau du robinet a toujours bon goût ne doit pas en boire souvent » ; le second, sur fond (...)

Page : Pages 1 | 2